Au fil de l'autre

Carnet de notes de mes explorations: filage et tissage

Next steps in weaving, de Pattie Graver


21.10 En mars, fraîche propriétaire d'un métier à 4 cadres, j'ai acheté Next steps in weaving: What You Never Knew You Needed to Know de Pattie Graver, 2015. Pour les intermédiaires-débutants en tissage, 184 pages +- 20€.
Graver fut directrice de publication chez Handwoven magazine et est tisserande depuis 20 ans.




Je l'ai dévoré dès la réception et je continue à l'utiliser souvent. Je lui donne un 10/10 pour mes attentes: comprendre les structures au-delà de la toile et du sergé, les comprendre au point qu'on peut en jouer.

L'atout majeur: Graver explique vraiment le pourquoi du comment, avec clarté. Comment comprendre les fondements d'une structure, comment les décliner. Pour comparaison, j'ai acheté un autre livre récemment, avec des modèles suédois: je l'ai déjà rangé dans la bibliothèque en vue de le revendre, je ne sais qu'en faire car je n'y trouve que des modèles alors que je l'avais acheté sur la foi que l'auteur y présentait des variations en chaîne (lu sur un blog). Pour moi c'est "genre Burda". Et encore! Cela a peut être du sens de donner des modèles en tissu ou en tricot, mais quel sens en tissage? Alors qu'on n'utilise pas les mêmes fils, les mêmes peignes, les mêmes métiers? Je n'ai donc l'utilité que des brefs de ce dernier livre suédois, mais ceux-là je les trouve à la pelle sur le net, parfois déjà sous forme wif pour les décoder en logiciel. Ce qui me manque, ce seraient  le discours ou la vidéo qui mettrait du lien entre tous ces confettis d'information que je trouve sur le ouaibe. Ce que je trouve ici chez Graver. Ou que j'ai trouvé en vidéo chez Deborah Jarchow pour le peigne envergeur ou Tom Knisely pour le métier de table.
Ou que j'ai trouvé chez Betty Briand, en stage chez Artissage à Chinon.



Chaque chapitre termine par le modèle d'un échantilonneur ("sampler" en anglais), pour pratiquer sur deux mètres de chaîne les divers motifs exposés dans le chapitre et se fabriquer une bibliothèque concrète de motifs.



A l'anglophone, càd très, mais alors là très didactique. Sa structure pédagogique est merveilleusement fluide, avec  explications très imagées et parlantes; elle n'oublie pas les petits détails techniques qui pourraient bloquer un autodidacte comme moi.

Pas de honte à pointer des détails comme pour des enfants. J'adore car je ne "vois" pas naturellement ces détails. En tissage, je vois et prévois naturellement les couleurs, les valeurs, merci, mais les tout petits détails physiques: bof! Je ne dois pas être la seule...

 



Tous les modèles et échantillons sont en 4 cadres, ce qui est simple pour débuter

Bien sûr des brefs détaillés et commentés, qu'on peut reproduire chez soi.

Elle a choisi des chapitres pour tous les goûts esthétiques (je n'ai sauté que celui sur l'overshot, qui n'est pas ma tasse de thé)

L'auteur est claire dans ses explications, mais certains concepts restent cependant ardus. Comme les transpositions de blocs en shadow weave, entre autres. C'est donc pour intermédiaire patient, qui peut attendre d'avoir avancé dans son apprentissage pour y revenir.



Je continue à pédaler un peu dans les équivalences de fil entre Amérique et Europe. Je prépare un billet sur ce sujet sous peu. Je demanderai l'aide des camarades du forum tricofolk.

Je suis enchantée d'avoir trouvé un livre à prix correct, qui me permette de comprendre les notions d'unités, de blocs, les progressions en sergé, l'été/hiver etc et les "dentelles" (huck/grain d'orge, bronson lace, etc.). Graver ne traite pas vraiment du choix des fils en fonction du motif ou en fonction de la destination finale, mais ce n'était pas son champ d'action et cela aurait donné un livre de 400 pages. Ce livre, combiné à la version verte du Porter Davison avec sa foultitude de brefs, me semble une base de départ pour un apprenti tisserand intermédiaire.

Avis aux monolingues. Hélas! les illus ne suffiraient pas à profiter du livre pour qui ne lit pas l'anglais. J'ai tenté de le parcourir dans cet esprit, mais on n'utiliserait à mon avis que les échantillonneurs de chaque chapitre. Qui sont aussi disponibles sur le net par d'autres sources, d'autres auteurs (entre autres via cs.arizona.edu). Donc inutile d'acheter le livre si on ne lit pas aisément cette langue.

Retour aux archives