Au fil de l'autre

Carnet de notes de mes explorations: filage et tissage

L'art du tissage, de Betty Briand: notre nouvelle bible de tisserands amateurs

10.12.21 Après le dernier projet "tissage/peinture" , je voudrais partager la joie que j'ai ressentie quand j'ai lu le beau livre de Betty Briand: "L'art du tissage" - vient de sortir chez Eyrolles.

 

Quand j'ai reçu le livre, j'ai arrêté mes autres activités et je l'ai dévoré, quasi d'une traite. C'est un remède au monde de confettis où l'on vit pour l'instant: les formidables articles dans Handweaving magazine, les excellents blogs de mes copines, les vidéos techniques en tissage sur les réseaux, ne sont que de multiples petits confettis.

Ceux qui arrivent à structurer ces milliers de petites infos éparses reçoivent les félicitations du jury! Je n'ai vraiment compris les fondamentaux du tissage et appris à construire mes propres tissus qu'en lisant des approches structurées, dans de gros et longs livres... mais en anglais.

Jusqu'ici nous n'avions que d'anciens livres, un peu obsolètes et désuets, comme le Pierre Ryal qui m'a aidée au début. Désormais, nous disposons d'une forme de bible du tissage moderne en français. Bible qu'on ne peut appeler une encyclopédie car Betty n'en a pas la prétention, mais qu'on peut appeler une "somme". On a eu "le Grévisse" dans nos cours de grammaire, désormais on aura "le Briand" en ateliers de tissage d'amateurs.

Ce livre restera un classique et sera un outil merveilleux d'aide technique dans tous les ateliers. Je souhaiterais qu'un exemplaire circule dans chacune de nos académies belges (système que les Français et les Suisses ne connaissent pas, ce sont des cours quasi professionnels offerts en soirée aux profanes, pour un prix dérisoire en outre).

Le livre se lit comme un roman. Il est sous-tendu par une très agréable métaphore d'une scène de théâtre, avec ses rôles, ses plateaux, ses musiciens, ses coulisses, etc.

C'est un véritable cours de plusieurs années en tissage, on lit le livre comme si on assistait à toute une série d'ateliers. Betty prévoit les questions et y répond. Je sens que je m'y référerai souvent lorsque surgiront les classiques petites questions inattendues.

Le ton est direct, quasi familier, et le contenu très technique. On est vraiment dans un atelier, en train de suivre un cours. Génial!

J'aime beaucoup les aquarelles d'Angèle Coquerie, qui sont une fenêtre ouverte sur la poésie du tissage.

J'ai adoré que notre chef tisserande pose le contexte général et spécifique pour chaque technique: quand utiliser, pour quel tissu, dans quel cadre. Et qu'elle prévoie toutes les petites erreurs typiques des novices (et des moins novices!).

Le concept de cours est assumé jusqu'au bout: on commence par des considérations très techniques, on fait du solfège pendant 120 pages avant de pouvoir aborder le premier morceau de musique à jouer. C'est un choix de construction très délibéré et très pédagogique. Ce n'est pas séduisant à l'heure où l'on veut tout, tout de suite, mais c'est le passage obligé pour vraiment faire du tissage (et pas "du Cévennes années '70", on se comprend entre tisserands).


Ah! Si j'avais eu ce livre quand j'ai commencé il y a quelques années. J'ai suivi deux stages chez Betty dans son superbe atelier à Chinon, j'ai profité de sa pédagogie pointue et de son entrain, de sa bonne humeur permanente et de ses réponses très détaillées à mes innombrables questions.


Ce livre est donc un long cours, enrichi par la personnalité de la prof et c'est très bien ainsi. Betty explique le montage de la chaîne de l'arrière vers l'avant et non l'inverse (mon favori). Car c'est la technique qu'elle gère le mieux. Plusieurs fois, elle nous répète qu'il existe bien d'autres façons mais qu'elle a choisi UNE façon de faire. Et puis, elle devait bien sérier les façons de faire, sinon nous finissions avec une encyclopédie qui aurait pesé cinq kilos.

J'ai suivi beaucoup de cours de tissage en ligne (monde anglophone), par des professionnels expérimentés. Les cours étaient structurés et bien expliqués. Je n'ai pas de la bouillie dans la tête et j'ai une excellente mémoire. Et pourtant, il m'était difficile de retenir les concepts, les principes qui m'étaient exposés, de les faire miens au point de pouvoir gérer mon tissage seule. Pourquoi? Eh bien, l'image fuit, l'image distrait, d'autant plus qu'elle bouge (vidéos) et qu'elle est virtuelle (on n'a pas la même réaction en stage en direct). Je fus prof de métier (et j'ai enseigné à des profs aussi), je peux assurer que ce phénomène ne m'est pas spécifique, il est reconnu par quantité d'amateurs. Petit détour anecdotique: c'est la raison pour laquelle j'ai désactivé tous les formats électroniques de mes livres de cuisine et de nutrition, ils ne sont plus en vente en epubs. Lecture vaine car très éphémère.

Seul le livre papier peut nous aider dans cet apprentissage passionnant. Tiens, bizarre, c'est un écrivain qui se permet cette incise?

Quantité de graphiques, de tableaux récapitulatif, des illustrations de belle facture, des photos de tissus réalisés dans l'atelier Artissage. Des idées pour tous les goûts en tissage, depuis l'amateur d'incrustations artistiques jusqu'au fana de frappé (overshot).


L'auteure arrive à expliquer le double tissage en quelques pages seulement, lumineuses dans leur clarté, alors que c'est un des passages les plus ardus pour les moins techniques d'entre nous.

Je ne suis pas tout à fait neutre dans l'article, car je connais Betty chez qui j'ai suivi des stages. Qui me connaît sait pourtant que je n'épargne en général pas mes propres amis. Si j'avais eu des critiques, je les aurais exposées avec le sourire, sous forme de "suggestions".

Ce que je fais ici à l'intention de l'éditeur. Lire des paragraphes suivis dans une police sans sérif est une plaie! Pourquoi les graphistes font-ils de telles erreurs de choisir pour du texte suivi des polices prévues pour des titres? Je suis une lectrice rapide, et je diminue mon confort de lecture quasi de moitié en lisant des paragraphes en sans serif. C'est rien mais ça énerve. Ceci est donc une suggestion positive à l'intention du typographe ;) La mode ne justifie pas tous les choix.

Aussi quelques petits détails techniques que j'ai pu repérer, et que j'ai communiqués à Betty par courriel. Sinon, je me gratte vraiment la tête pour trouver une critique négative.

Quelques fiches techniques détaillées pas-à-pas, des "recettes" de tissage, sont présentées pour mettre à profit ce que l'on vient d'apprendre. Il n'y en a pas beaucoup et ce serait illogique: l'objectif de ce professeur de talent est que nous puissions nous passer d'elle le plus tôt possible! On dispose en effet ici de tous les éléments et de toutes les variables pour comprendre ce qui se trame dans un tissu, pour l'analyser et arriver à le reproduire chez nous. Superbe illustration d'une méthode pour analyser un tissu et le reproduire: pages 142 143

Un vrai tremplin pour s'approprier le tissage, pour créer en toute liberté.

Amateurs non matheux, oubliez certains très courts passages, dont vous pourriez croire qu'ils sont plus nombreux parce que vous les avez vus en extraits sur le net: exemple du calcul de densité à la Ashenhurst, en formule. Le livre est très concret, très pragmatique, mais l'auteure a dû penser aux professeurs de tissage et aux ateliers qui voudraient avoir recours aux formules de base

 


Vous serez surpris de lire quelques termes anglais: deflected double weave, corkscrew, network drafting, etc: Betty les utilise parfois, car la culture tisserande actuelle en francophonie n'a pas encore trouvé d'équivalent à certains termes. On est heureux qu'elle ait traduit "clasped weft" par son équivalent correct en français ("trames liées"), car ce terme est un vrai vire-langue même pour une bilingue comme moi.

On y trouvera la majorité des techniques utiles pour les sept premières années de tissage. Je n'ai pas trouvé mon cher "thick and thin" (chaînes et trames alternant fil fin et fil épais, je ne connais le terme en français), mais on ne pouvait faire un livre de mille pages, n'este-ce pas?

C'est déjà une prouesse d'avoir casé dans 250 pages tant d'informations, d'astuces, de techniques, de graphiques.

Si vous vous sentez freiné par le prix du livre, ne le soyez pas: il s'agit d'une vraie bible, à laquelle vous vous référerez souvent, et qui est imprimée sur du superbe papier, en couleurs sublimes. Très solide couvertur cartonnée. Et si vous achetez le livre auprès de l'atelier de Betty, vous recevrez un signet poétiquement agrémenté des fils qui ont été utilisés dans la chaîne du tissu en couverture.

Comparons aux prix que certaines tisserandes (pas de nom!) demandent pour des livres autoédités, en anglais (économies d'échelle: sachant qu'elles vendront partout dans le monde, elles pourraient être moins gourmandes), non relus par un relecteur professionnel, non illustrés techniquement, qui comportent parfois 150 pages aérées et ne sont pas "écrits" à proprement parler. J'ai vu passer des 55€ ! Le monde est devenu fou de payer de telles sommes pour un travail d'amateur.

Heureusement nous avons désormais ce merveilleux tremplin pour notre créativité: un travail de professionnel (Betty Briand) mis en scène par des professionnels (Eyrolles).

Achat:

Le livre (290 pages – 42 € + frais de port – Poids : 1,550kg) est en vente dans toutes les bonnes librairies. Vous pouvez aussi vous le procurer directement chez Betty, qui vous l'enverra par poste agrémenté de ce ravissant petit signet si signifiant: on a vraiment le lien avec l'auteure!

Les détails sont sur son site.

Les paiements sont proposés par chèque ou par Paypal. Mais on peut payer par virement européen, il vous suffit de demaner l'IBAN à artissage@laposte.net ( les Français ne sont pas très amateurs de virements, c'est rarement proposé). Les frais de port pour les pays hors de France ne sont pas excessifs, si vous achetez en direct, car Betty connaît les astuces postales des éditeurs. Chouette!

Résumé de l'éditeur:

L'intérêt de Betty Briand pour le textile prend racine dans son enfance paysanne : tissage, filage, teinture végétale, tricot, fabrication de cordes... Habitée par cette passion transmise par ses grands-parents et après une solide formation auprès d'enseignantes anglo-saxonnes, elle devient professeure de tissage à plein temps. Aujourd'hui, elle forme de nombreux stagiaires venus parfois de loin dans son atelier-école ARTissage situé à Chinon en Touraine, tout en continuant ses recherches sur le sujet.

Un livre unique, complet, érudit, clair, pratique et technique sur l'art du tissage

Dans cet ouvrage à destination des tisserandes et tisserands de tout niveau, l'auteuree, véritable passionnée du tissage, transmet la somme de plusieurs années d'enseignement, de recherches et d'explorations pour proposer une méthode d'apprentissage progressive et fascinante.

Dans ce livre très illustré, les dessins sont d'Alix Albrespy-Boiron et d'Angèle Coquerie et les photos sont de Jacques Péré.


Plus d'infos sur https://www.eyrolles.com/.../l-art-du-tissage-9782212678765/
Sur cette page, on pourra consulter des extraits.


Lire un article sur le livre: https://www.lamontagne.fr/.../elles-debutent-aujourdhui.../

 

 

 Retour aux archives