Au fil de l'autre

Carnet de notes de mes explorations: filage et tissage

Deflected double weave, premier test 2022

10.3.2022 Après mon billet sur Bateman (faut oser!), dans mon horizon d'apprentissage en tissage: il me manque entre autres le "deflected double weave", que je voudrais explorer ne fut-ce qu'à cause des louanges qu'en fait Betty Briand.

 

Il n'y a pas de terme consacré en français, c'est un modèle récent né aux States. "Deflected" car les fils se détournent du droit chemin après lavage. "Double weave" car on tisse deux types de fils, chacun dans un modèle particulier: une toile douce pour l'un, de longs flottés chaîne et trame pour l'autre. C'est souvent plus gracieux quand on utilise de la laine qui feutre un peu, car lors du lavage elle va accrocher les flottés.
Madelyn lui a donné ce libellé, personne ne l'a encore traduit. Ce sera donc DDW dans mes textes à venir.

Mon seul essai jusqu'ici, peu structuré, car je n'avais pas pris la peine de vraiment comprendre les principes: Deflected double weave: échantillon. J'y relis mes notes.

J'ai suivi hier un cours en vidéo de Madelyn vanderHoogt, chez Longthreadmedia / Handwoven.

J'ai acheté des modèles chez Nataliewoven , dont j'aimais les modèles. Considérons que j'ai fait un don, car le contenu ne m'apprend pas grand chose. Je fais un tri dans les magazines Handwoven et je relis tous les articles.

J'ai trouvé des tutos aussi chez Webtreff en Allemagne.

Bien sûr, un petit tour dans le livre de Betty .

Avec tout ça, me voilà parée pour l'expérimentation d'un nouveau format.

série d'essais en Fiberworks à partir des idées chez Webtreff, où j'évalue si je peux marcher des rythmes différents


gros-plan face


dos


Un autre projet parmi les dizaines que j'ai testés en FW, une création pour voir



Je ne suis pas folle des designs modernes en deflected double weave, mais j'aime beaucoup la structure, qui est facile à décoder. Je retiens facilement l'attachage car les blocs sont clairs (voir images ci-dessus). Mon objectif: réaliser un projet où les effets un peu baroques seront tempérés par de larges aplats en toile.
Pour l'instant, je pars en roue libre. Au lieu de commencer par un modèle défini, j'expérimente hors des sentiers. Sans boussole. Résultat: sans mots.

Il a suffi que je lise dans mon livre de Margo Selby qu'elle propose un DDW en mohair pour avoir envie de l'essayer. En dépit de tout ce que disent les pros, qui déconseillent fortement d'utiliser le mohair en DDW. Et on les comprend: on empeigne à une densité de 2.5 à 3 fois plus élevée que la norme.... C'était non seulement ardu techniquement, mais esthétiquement, c'est comment dire euh euh....

En outre, j'ai joué des densités "pour voir". Euh euh....

dos de l'échantillon à la bonne densité

face de l'échantillon bonne densité

dos du premier échantillon, densité floue "pour voir", tu parles!

Face: pas mieux



Mes notes fiberworks non depiautees

fichier delfectedmohairBFL.dtx

source modèle?
multiples 16f en chaine -> 6 repeats pour 96 fils = 32 cm large
AB AC chacun sur 4 fils
A =1234 B = 5656 C =7878
A = couleur toile intérieure
B et C = couleur cloison

ourdir 48 BFL 48 mohair ou 4 par 4

BFL 6.5t/cm noir -> 4 f/cm au lieu de 3, pour cloisonner serré (quid 5 f/cm?)
mohair clair en toile -> 2 f/cm au lieu de 3 pour contraster avec cloisonné

trame multiples de 8
I à IV en noir: blocs 78 et 56 + V à VIII mohair pour la toile: blocs 12 et 34
-> I II III IV (V VI)*2 - I II III IV (VII IX)*2

I 12 78
II 34 78
III 13 56
IV 24 56
V 1257
VI 1268
VII 3457
VIII 3468
toile 1357 2468

viser 4f/cm pour noir et 2 f/cm pour mohair

Retour aux archives