Au fil de l'autre

Carnet de notes de mes explorations: filage et tissage

Un système de blocs/couleurs (tableur)

6.11.2022 Pendant mes récaps en double tissage, je retrouve des notes de mon système blocs/couleurs se chevauchant, en tableur - telles que je les avais mises au net pour les partager lors d'un atelier en ligne (double tissage chez Cally Booker)


Je retrouve des notes de mon système blocs/couleurs se chevauchant, en tableur, que je partage ci-dessous pour les décodeurs qui voudraient s'en inspirer.

Lorsque j'ai découvert le turned twill à la mode d'Alice Schlein, où des blocs chevauchent des aplats de couleur, j'ai beaucoup aimé. J'ai alors bricolé un petit système en tableur, pour trouver des structures rythmées. Lors du cours chez Cally Booker, je les ai explicitées en anglais, pour les autres participants. Cela peut paraître prise de tête au premier abord, mais dès lors que j'ai passé le temps à construire ce modèle, après je n'ai plus qu'à y puiser des idées.

Je doute que quelqu'un du groupe ait suivi mes explications (pas eu de feeback sur le groupe, en tout cas), c'est le lot des notes personnelles. Qui sait si cela n'aidera pas un autre tisserand. Cela m'aide beaucoup à créer des modèles, sans me perdre dans les chevauchements.

Je l'utilise pour le double tissage et le sergé combiné (turned twill), mais j'imaginerais bien l'intégrer dans un bref de sergés divers, à la Porter-Davison. Je pense le mettre en place aussi pour mes derniers modèles à la Daryl Lancaster (mix de toile, sergé, fils supplémentaires), car le résultat a besoin d'une structure très nette sous-jacente. Pour ne pas faire chaos.

Exemple de chevauchement des blocs et des couleurs:



Sur le tissu final
j'ai superposé en virtuel les blocs en blanc, et les couleurs en vert/jaune
(il faut connaître la double chaine du double tissage pour comprendre pourquoi le bleu vient se mettre dans le chemin de ma démonstration)

En wif pour un double tissage: on peut faire se chevaucher blocs et couleurs en trame aussi .



 

Dans le tableau, je travaille en maximum 12 blocs et 5 couleurs, sinon ce tableau devient trop complexe. Je fais pas non plus un projet pour intelligence artificielle... Il y a d'ailleurs des erreurs dans mon tableau, erreurs que je rectifie mentalement. Restons humains!

Le principe: je répartis les fils de chaine existants en blocs réguliers: 2, 4, 6 etc. et je me figure des jeux en blocs. Puis j'imagine des jeux en couleur, et je les superpose;

  • Je tape dans le tableur, en rouge, le fil choisi (densité) et la largeur voulue, le reste se fait seul.
  • Je choisis alors la division de blocs qui me tente ce jour-là. Premier pas.
  • J'ai le même système pour les couleurs, en bandes (organisées...). Je copie/colle un rythme qui me fait de l'oeil. Je vois donc l'un sur l'autre la répartition des blocs et celle des couleurs.
  • J'ai alors: le choix du fil, densité, largeur du tissu, répartition des blocs A et B, répartition des couleurs.
  • Y a plus qu'à ourdir et enfiler selon la combinaison que j'ai choisie.

Les images sont petites pour une vue synthétique, cliquez pour agrandir (ou clic droit et "ouvrir nouvel onglet")




 

Partie 1 d'écran dans mon tableur. En noir et gris, les blocs d'enlissage tels que je les subdivise: deux couleurs pour deux blocs, noir et grisé. Je n'ai que 8 cadres. Les "titres" sont à gauche de chaque série de blocs.

Les textes en rouge et italique sont les données variables, que je change à chaque projet

Partie 2 de l'écran. Les blocs d'enfilage par couleur sont choisis, j'y ai collé des répétitions de bloc standard
(soit 5 à unique répétition, soit 5 couleurs où certaines se répètent - les tons sont indicatifs de foncé, clair/ assourdi-lumineux)
Je me note par exemple ligne 1 : 4 6 3 3 6 3 pour la dimension des blocs couleurs; et "6" sous la colonne "block" pour les blocs d'enlissage.

Je fais un double du tableau, pour les calculs en double tissage où on doit doubler la chaine. Les blocs d'enlissage et de couleurs à ourdir son les mêmes que précédemment.

Ceci est purement manuel, c'est plus facile de dessiner des tons à la souris en Excel qu'en autre logiciel, surtout si l'on attribue un nombre de fils par colonne





Dans une toute autre façon de travailler, plus aléatoire, je me suis aussi fait un petit tableau des répartitions de bloc irréguliers, quand je veux m'inspirer du rythme Fibonacci. Les signes rouge sont ceux que je change selon les projets. Le reste se fait en automatique.