Au fil de l'autre

Carnet de notes de mes explorations: filage et tissage

Torchon chamarré (1) - les couleurs

En structure fin/épais, toile diversifiée (nr 113)

Photos de l'évolution de ce modèle au cours du stage de deux jours chez la formidable Betty Briand, d'Artissage à Chinon. La structure fin/épais se dit en anglais "thick and thin" (ou "thick 'n thin" pour vos recherches internet). Je me suis inspirée d'un article d'Eva Stossel sur le "diversified plain weave" (voir billet), mais je voudrais ajouter un jeu de couleurs. J'aurai bien besoin de l'aide pointue de Betty pour créer un modèle alors que je n'ai pas assez de métier pour le faire. Mais je me lance en toute sécurité.
Voir le final

C'est Betty qui m'a fait comprendre la force de ce modèle, où les fils de toile fins font liaison pour le fil épais. Avec 4 cadres, je peux faire deux blocs de couleur - ce qui me permettra de continuer à explorer les blocs de couleur, que j'ai déjà essayés en été/hiver. Betty me suggère de profiter du 8 cadres pour développer plus de blocs. J'ai choisi 6 cadres seulement. Commençons humble.

J'ai d'abord évalué quelles couleurs je pourrais combiner. Difficulté et défi toujours amusant en tissage: imaginer les couleurs finales, sachant que le croisement des fils va étouffer ou magnifier les couleurs de chaîne.




Chez Artissage, on dispose de plein de fils de multiples couleurs.




Je ne trouve pourtant pas les couleurs que je veux, dans le contraste d'épaisseur que je veux. Bof, j'en ferai une écharpe. Je teste avec de la laine.




En focusant le regard, on voit les contrastes de ton, qui donneront de beaux contrastes finaux. J'ai éteint les couleurs de la photo pour simuler ce regard, yeux quasi fermés.




Sotte que je suis: pour avoir des fils épais versus fins, je n'ai qu'à tripler du cotonlin. Les fils fins seront finissimes: je choisis ce que je crois être du coton (le turquoise qu'on devine sur la photo) mais qui s'avèrera être du lin (enfin je crois). Le second fil couleur anthracite est encore plus fin, plus fin que du fil de couture. Etonnament il est très solide, mais je découvrirai lors du tissage qu'il se colle au lin turquoise, très poilu - et se déchire. Bof, c'est un essai.




Idem: focus pour les contrastes.




Autre façon d'évaluer les successions de couleurs, ce que je fais d'habitude: en ourdissant, j'évalue au fur et à mesure ce que je veux voir apparaître.

D'ailleurs, j’avais prévu trop grand, si je revois mon schéma de projet. Je n’aurais pu finir en 2 jours de stage, me fait remarquer Betty, l'enlissage compliqué prendrait des plombes.

En cours de route, je dois réduire la largeur de moitié. Pas le temps de refaire le projet sur papier : je regarde la progression des couleurs sur l’ourdissoir et j’improvise.



Il ne reste plus qu'à ourdir (2) et monter la chaîne (3). Je la déplace de l'ourdissoir en mode classique (chaînette type crochet). Mais on peut la déplacer en boule (à la mode de Sarah Lamb), ou sur un bâton - ce que Betty nous démontre au stage.
Retour aux billets du jour